Édito Mordorée janvier 2021

En ces tous premiers jours de 2021, permettez-moi, au nom du Conseil d’Administration de vous adresser mes meilleurs vœux. Espérons que cette nouvelle année fera oublier l’année 2020 et que, très rapidement, nous pourrons reprendre une vie normale.

La Covid, qui a marqué nos activités tout au long de l’année écoulée, a semé le trouble chez bon nombre d’entre nous. Si beaucoup de nos membres ont compris la solidarité nécessaire qui a entraîné, au mois de novembre, la fermeture de la chasse à la bécasse dans bon nombre de départements, d’autres se sont offusqués, non pas forcément de la fermeture de la chasse au petit gibier, mais plutôt de la liberté laissée aux chasseurs de gros de continuer à réguler les espèces occasionnant des dégâts : sangliers, chevreuils, cerfs.

En tant que président de notre club, si j’ai reçu beaucoup de messages de soutien me confortant dans mes prises de position, d’autres me sont parvenus, fustigeant les propos que je
tenais dans la lettre envoyée aux délégués et diffusée à tous les membres. Je rappellerai à ces derniers que le Club National des Bécassiers n’est en aucun cas décisionnaire au niveau de la chasse française. Il ne peut qu’être source de propositions, seuls le ministère et les préfets sont maîtres d’œuvre en la matière. Penser que le président de notre association, d’un coup de baguette magique, puisse faire changer les choses, relève de l’utopie et c’est lui donner une importance qu’il n’a pas.

Le Club National des Bécassiers est une association dont le but principal est de diligenter des études pour suivre les populations bécassières en période de migration et d’hivernage, d’initier des travaux scientifiques, poursuivre des recherches pour en connaître un peu plus sur l’oiseau. Qui mieux que le CNB est à même de parler de la bécasse, d’apporter des données
concernant la gestion et la vie de l’oiseau. Les travaux menés maintenant depuis plus de 25 ans, en collaboration avec l’ONCFS et aujourd’hui l’OFB, attestent du sérieux de nos recherches.
Demain, si des décisions devaient être prises concernant la gestion de l’oiseau, nous serions à même d’apporter notre expertise. Restons à notre place, continuons nos travaux, ne dévions pas de la ligne de conduite que nous nous sommes fixée.

Après une année où nos activités ont été fortement perturbées par les confinements successifs, nous espérons reprendre le cours normal de nos travaux :

  • Etude des gonades pour savoir si le réchauffement climatique a un impact sur la reproduction de la bécasse des bois. – Expédition en Sibérie pour baguer des oiseaux sur des aires de reproduction non encore explorées.
  • Extension de l’observatoire gel prolongé sur l’ensemble de l’Hexagone.
  • Recherche de partenariats avec le monde universitaire.

Et bien sûr, continuité dans la récolte de données que ce soit à travers les saisies sur Béc@notes, la lecture des ailes ou le baguage.

Nous devons retrouver cette union qui nous a fait défaut ces derniers temps. Continuer à adhérer au CNB, c’est pérenniser les études entreprises, c’est montrer notre force collective, c’est
suivre les populations bécassières pour mieux agir sur leur gestion, c’est enfin défendre notre loisir chasse à travers cette attitude responsable que notre club a toujours prônée.

Excellente année 2021 à tous. Puissions-nous œuvrer pour les générations futures.

Bruno Meunier
Président du CNB